Guide complet pour l’embauche d’un étudiant en contrat de professionalisation

24 février 2020

Apres les études, que faire ?

Question des plus posées par n’importe quels étudiants en quête de travail. Là, bien évidemment, vient l’utilité du contrat de professionnalisation. Un contrat délivrée par une entreprise, dans le but d’étoffer sur le pratique, l’acquis intellectuel de l’apprenant d’un cote, et de l’autre cote une sorte de porte ouverte en terme de référencement si l’étudiant demande du travail. Selon les chiffres, environs 190 000 nouveaux contrats de professionnalisation sont signés en France. La grande majorité est faite par des jeunes de moins de 26 ans. Voici un guide sur ce l’objectif de l’embauche d’un étudiant en contrat de professionnalisation.

1. Qu’est-ce que le contrat de professionnalisation ?

Un contrat de professionnalisation est un contrat qui prouve que l’étudiant a déjà passé un stage pratique dans une entreprise. Conclu entre un employeur et un étudiant salarié, le contrat alterne des périodes d’enseignement général technologique et professionnel avec des périodes de travail en entreprise, dans une activité en rapport avec la qualification visée. De ce fait, le contrat  de professionnalisation relève de la formation continue, et conjuguent avec la formation théorique dans un établissement d’enseignement et formation pratique en entreprise. L’âge de l’étudiant qui en bénéficie, la rémunération ainsi que le cout pour l’employeur ne sont pas les mêmes. En somme, c’est une sorte de programmes d’emploi pour étudiants, dans le cadre de l’acquisition de talents, qui aide l’université et les employeurs locaux, mais aussi l’université étudiants, à travers le processus d’embauche.

2. Quel est l’objectif du contrat ?

Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail conclu entre un employeur et un salarié. Une sorte de formation en alternance qui permet aux étudiants d’acquérir une première expérience significative. Il a pour objectif l’insertion, et / ou le retour à l’emploi des jeunes, et des adultes, par l’acquisition d’une qualification professionnelle certifie (diplômes, titres, certificat de qualification professionnelle…) Le contrat est reconnue par l’État et/ou la branche professionnelle. Pendant le temps de travail, les étudiants sont accompagnés par un tuteur, qui les guide dans la découverte du monde professionnel. L’employeur s’engage à fournir à l’étudiant une formation, lui permettant d’acquérir une qualification professionnelle.

3. Quels sont les avantages du contrat ?

Travailler avec les étudiants est une forme de soutien financier, tant pour l’entreprise en question, que pour l’étudiant lui-même. Voyons en détails ces avantages :

Pour l’entreprise : D’après un gestionnaire, l’embauche d’un étudiant présente de nombreux avantages pour une entreprise, notamment:

  • Une main-d’œuvre rentable, qui comprend l’accès à un financement d’alternance travail-études.
  • La capacité d’effectuer une grande variété de tâches qui allège et libère le personnel à temps plein et leur permet d’effectuer d’autres tâches.
  • La variation des heures de travail chaque semaine, gérer les charges de travail saisonnières, et travailler des heures non routinières.
  • La capacité à comprendre les besoins des étudiants et leurs points de vue qui pousseront au développement adéquat des entreprises.
  • L’énergie, l’enthousiasme et la capacité d’offrir de nouvelles idées et perspectives dans le lieu de travail par les étudiants.
  • Flux sur le chiffre-d’affaire de l’entreprise.

Les étudiants sont un groupe d’employés précieux. Ils ont besoin d’abord de flexibilité pour pouvoir effectuer une variété de tâches, et travailler une variété d’heures. Cependant, les superviseurs de l’entreprise doivent être conscients que les horaires des étudiants peuvent changer, chaque semestre, et ils peuvent avoir besoin de temps libre, pendant les examens et les pauses.

La formation sur les compétences professionnelles de base, les étudiants travailleurs peuvent arriver au travail avec d’excellentes compétences informatiques, ou techniques, puisqu’ils sont à jours sur les nouveaux développements sur un travail, notamment dans les domaines des NTIC. Mais soyons quand-même conscient qu’ils peuvent ne pas avoir d’expériences, dans des environnements de travail formels. Les superviseurs de stage, pour un contrat de professionnalisation, devraient donc les aider à façonner des comportements positifs, en milieu de travail, en passant du temps à mettre l’accent sur les habitudes de travail de base, comme arriver à l’heure, prendre des congés et suivre les règles de travail de l’unité et du département.

Pour l’étudiant : Le travail de l’étudiant dans une entreprise offre des avantages exceptionnel, tels que :

  • Le revenu pour soutenir le coût de l’éducation
  • Les compétences, habitudes et références inestimables en milieu de travail
  • La commodité de travailler sans quitter la formation universitaire
  • Prise en compte des emplois de 29 heures par semaine ou moins.
  • Dans le bain du travail
  • Certificat de travail attribué à la fin du contrat

4. Etudiant de quelle tranche d’âge ?

Puisqu’il a pour objectif d’aider les jeunes à monter en compétences en combinant formation théorique et pratique, en général, le contrat de professionnalisation, est un stage, qui s’adresse en priorité aux jeunes de 16 à 26 ans plus, si demandeur d’emploi. Il est dédié aux étudiants et bénéficiaires de revenu de solidarité active (RSA), d’allocation spécifique de solidarité (ASS), d’allocation adulte handicapé (AAH) ou d’un contrat unique d’insertion (CUI).

Côte entreprise, le contrat de professionnalisation, est dédié à toutes les entreprises ; les groupements d’employeurs. Mais y sont exclus les particuliers, l’Etat, les établissements publics administratif ainsi que les collectivités locales et les groupements de collectivités locales.

5. Pendant quelle durée ?

Le contrat de professionnalisation peut s’étaler de 6 à 12 mois, voire 24 mois dans certaines branches. De plus, il peut être signé en Contrat de Duré Déterminé ou en Contrat de Duré Indéterminé.

Pour une forme de contrat CDD, l’action de professionnalisation doit être faite dans 6 à 12 mois, au minimum. Ce dernier, étant un CDD, il peut être renouvelé une fois si le bénéficiaire n’obtint la qualification envisagé, et cela pour cause d’échec aux examens d’évaluation de la formation suivie en entreprise ; ou encore de maladie ; ou de maternité ; ou d’accident de travail ; ou bien défaillance de l’organisme de formation. Pour le CDD, les actions de formation doivent représenter au moins 15% à 25% de la durée  dont 70 heures au minimum, sur douze mois.

Et pour la forme de contrat CDI, l’action de professionnalisation doit être faite dans 6 à 12 mois ou 150 heures par ans. Dans ce cas, les règles de durée maximale (12 ou 24 mois) portent sur la période d’action de professionnalisation, c’est-à-dire la première phase du contrat, qui s’effectue en alternance, à l’issue de laquelle le contrat de travail se poursuit dans le cadre d’un contrat de travail à durée indéterminée de droit commun.

Quelques soit la forme du contrat, il peut comporter une période d’essai qui doit être mentionnée dans le contrat de professionnalisation. La période d’essai répond au régime prévu par le Code du travail, selon le cas pour un CDD ou pour un CDI.

Les règles appliquée dans la période d’essai en contrat de professionnalisation sont les mêmes que celles applicables à tout contrat de travail.

En CDI, la durée limite d’une période d’essai dépend de la catégorie professionnelle du salarié (ouvrier, technicien, cadre…). En CDD, elle dépend de la durée du contrat de travail.

Le contrat peut aussi être conclu à temps plein ou à temps partiel. Pour être en bonne et due forme, il doit être rédigé par écrit et être déposé auprès de la Directions Départementales du Travail de l’Emploi et de la Formation Professionnelle ou DDTEFP afin que l’étudiant dispose du respect du droit du travail dans l’entreprise (conseils, contrôles…).

  • Rémunéré ou pas?

D’après la loi du service public, le contrat de professionnalisation doit être rémunéré. Cette rémunération varie selon l’âge et le niveau de qualification de l’étudiant. Elle s’applique pendant la durée du CDD ou, dans un cas d’un CDI, pendant l’action de professionnalisation.

La rémunération minimale s’applique au titulaire d’un titre ou diplôme non professionnel de niveau baccalauréat, ou d’un titre ou diplôme professionnel inférieur au bac. Elle est cependant majoré si le jeune est titulaire d’un titre ou diplôme à finalité professionnelle égal ou supérieur au niveau baccalauréat.

  • Pour les étudiants ayant un niveau de qualification inférieur au bac professionnel :
    • Etudiant de moins de 21 ans, bénéficie d’un salaire de 55% du Smic ou 836,7 Euros.
    • Etudiant de 21 à 25 ans, bénéficie d’un salaire de 65% du Smic ou 988 ,8 Euros.
    • Etudiant de plus de 26 ans, bénéficie d’un salaire de 100% du Smic ou 1521,22 Euros.
  • Pour les étudiants ayant un niveau de qualification égal ou supérieur au niveau baccalauréat :
    • De moins de 21 ans, 70% ou 1064 Euros
    • De 21 à 25 ans, 80% du Smic ou 1216,9 Euros
    • Plus de 26 ans, salaire de 100% ou 1521,22 Euros

Notons que les demandeurs d’emploi indemnisés, de plus de 26 ans, qui concluent un contrat de professionnalisation, peuvent bénéficier d’une aide spécifique complémentaire, versée par Pôle emploi, lorsque le salaire perçu dans le cadre du contrat de professionnalisation est inférieur à 120 % du montant de leur allocation de retour à l’emploi.

  • Quel statut social dans l’entreprise ?

L’étudiant en contrat de professionnalisation bénéficiera du statut de salarié, comme tous les autres salariés de l’entreprise. Il aura les mêmes droits que tous les autres, à savoir par exemple le droit à une couverture sociale, les congés payés, repos hebdomadaire et jour férié… Pour les étudiants de moins de 18 ans, toute la réglementation concernant les jeunes travailleurs s’applique à eux, notamment :

  • La réglementation sur la durée du travail;
  • L’interdiction de travail les jours fériés, sauf dérogation.

En revanche, le salarié en formation sera accompagné d’un tuteur qualifié de l’entreprise, choisi par l’employeur, voire de l’employeur lui-même. Il jouera le rôle d’accompagnateur tout au long de la formation  de l’étudiant, tout en lui assurant un suivi personnalisé.

  • Et les conditions de travail ?

Le contrat de professionnalisation peut comporter des périodes d’acquisition mais aussi d’un savoir-faire dans l’entreprise. Une convention est conclue à cet effet, entre l’employeur, les entreprises d’accueil, et l’étudiant salarié en contrat de professionnalisation. Les modalités de l’accueil et le contenu de la convention sont fixés par les articles. Puisque l’étudiant en contrat de professionnalisation est un salarié à part entière, à ce titre, les lois, les règlements et la convention collective dans l’entreprise lui sont applicables, dans les mêmes conditions qu’aux autres salariés.

  • Et le rôle du tuteur ?

Puisqu’on parle de contrat de professionnalisation, un contrat en vue d’affirmer qu’un étudiant est apte a travailler dan une société, un tuteur est désigné par l’employeur de l’entreprise. Ce tuteur fixe quelques objectifs dont :

  • L’accueil, l’aide des étudiants
  • Guider l’étudiant salarié dans l’entreprise
  • Veiller au respect de l’emploi du temps,
  • Organiser avec le salarié concerné son activité dans l’entreprise,
  • Contribuer à l’acquisition des savoir-faire professionnels,
  • Assurer la liaison avec l’organisme de formation,
  • Participer à l’évaluation du suivi de la formation.

Le tuteur peut être un salarié qualifié de l’entreprise voire-même le dirigeant de l’entreprise. Il est important qu’il soit volontaire, stricte, et justifier d’une expérience professionnelle d’au moins 2 ans dans l’entreprise, mais surtout dans une fonction en rapport avec le contrat de professionnalisation de l’étudiant.

En tant que tuteur, il ne peut exercer ses fonctions à l’égard de plus de 3 salariés, voire 2 salariés s’il occupe le poste de dirigeant. Ce règlement est nécessaire pour faciliter ses fonctions. Si le tuteur débute dans le domaine, il peut bénéficier d’une formation.

  • Comment acquérir un contrat de professionnalisation ?

Comme n’importe quel emploi, le contrat de professionnalisation est un contrat de stage, migrant vers le professionnalisme, mais qui nécessite une recherche d’emploi de longue haleine. Il exige, pour l’étudiant, d’être méthodique, rigoureux avec une entreprise cible tout en respectant plusieurs étapes :

  • Le recueil d’information sur la nature du contrat, l’offre d’emploi, l’offre de formation ainsi que les démarches à suivre.
  • L’orientation de la recherche  basée sur la qualification pour un métier en fonction de l’aspiration de l’étudiant, les aptitudes, et le marché du travail.
  • La recherche d’un employeur par les campagnes de recherches, consultation des offres d’emploi.
  • La rédaction d’un Curriculum Vitae et la lettre de motivation. Ensuite se préparer aux entretiens et enfin contacter les entreprises

Néanmoins, pour promouvoir plus dans la démarche, on peut être accompagne par les agence Pôle emploi et les missions locales pour l’emploi des jeunes. Ainsi, les demandes seront priorisés. Outre la consultation des offres, y sont proposées aussi des prestations d’aide à l’orientation et à la recherche d’emploi : évaluation, bilan de compétences, ateliers, suivi individualisé…

  • Comment embaucher un étudiant en professionnalisation pour l’entreprise?

Voici les étapes et les processus d’embauche pour recruter un étudiant, pour un emploi :

  1. Prenez le temps d’évaluer les fonctions du poste et les besoins de votre entreprise.
  2. Décrivez de poste et faite un organigramme ou le nouveau poste de l’étudiant en contrat de professionnalisation afin de montrer comment le poste s’intègre dans la structure de votre département. N’oubliez-pas que lorsque vous créez le poste, vous devez également décider de la façon dont le travail doit être classé
  3. Mettez en ligne l’offre de poste: connectez-vous au système d’emploi en ligne, plus vite et plus rapide, pour créer l’offre d’emploi. Lors de la création de votre demande, assurez-vous que les titres de travail et les numéros de gestion des postes sont des éléments clés.
  4. Vérifiez de temps en temps la publication et recrutez des candidats.
  5. Filtrer et sélectionner les candidats. Une fois les candidats examinés préparez les questions suivantes:
  • Êtes-vous un étudiant inscrit à tel ou tel université ?
  • Répondez-vous aux exigences de crédit pour occuper un poste étudiant?
  • Avez-vous un travail-étude?
  • Quand êtes-vous disponible pour travailler?

Lorsque vous avez un bassin de candidats adéquat, retirer votre offre d’emploi en ligne. Si vous avez l’intention de mener des entrevues, assurez-vous de dire aux élèves quels documents, le cas échéant, ils devraient apporter.

  1. Interviewez ensuite les candidats. Vous pouvez effectuer des entretiens par téléphone ou en personne. Vous n’avez pas à interroger tous les candidats. Assurez-vous d’expliquer les tâches spécifiques et les exigences de planification de l’emploi. Passez en revue les antécédents, les compétences et les expériences par rapport aux exigences de base de votre entreprise. Tenez-compte de la disponibilité de l’étudiant : heures de travail, expériences antérieures (rémunérées et non rémunérées), et éducation connexe.

Il n’est pas nécessaire d’interviewer tous les candidats cependant, tous les candidats doivent être traités de la même manière. Par exemple, si vous décidez d’interviewer par téléphone, utilisez cette procédure pour tous les candidats.

  1. Effectuer une vérification des références et des antécédents. Une fois que vous avez identifié l’étudiant que vous souhaitez embaucher, vous pouvez vérifier les références professionnelles et / ou personnelles. Selon la loi, vous devez demander une vérification formelle des antécédents si le poste de l’étudiant concerne :
  • La manipulation d’espèces ou de cartes de crédit
  • Travailler avec des adultes vulnérables
  • Avoir accès aux dortoirs
  • Avoir un accès, sans escorte, aux matières radioactives

Référencez-vous à l’université ou au centre de formation de l’étudiant.

  1. Offrez le poste mais avant de prendre cette décision, vérifiez l’admissibilité. Assurez-vous que l’étudiant est inscrit à l’université. N’oubliez pas de demander s’il a une bourse travail-études. Assurez-vous également que l’étudiant sait apporter sa documentation lors de sa première journée de travail (originaux, pas de copies).
  2. Fermez le processus d’embauche en ligne et dans l’entreprise.
  3. Fournissez l’orientation et la formation. Voir la section Superviser les étudiants ci-dessous.
  4. Fournissez une rétroaction continue : notez bien qu’avant de créer l’offre d’emploi en ligne, déterminez la classification des emplois du poste. De plus, nous encourageons fortement l’utilisation de titres de travail pour les étudiants travailleurs comme moyen important de différencier le type de travail qu’ils effectuent.
  • Comment faire l’appréciation des étudiants ?

Étant donné que de nombreux étudiants peuvent ne pas avoir d’expérience dans un environnement de travail professionnel, et que l’école est leur première priorité, il est très important de fournir une orientation et une formation détaillées, à la fois dans leurs fonctions professionnelles et dans les compétences générales dont les habitudes de travail attendues, le comportement et les relations de travail.

Voici quelques conseils pour définir des attentes claires et faire en sorte que les étudiants se sentent les bienvenus et font partie de l’équipe :

  • Il est important de créer un atmosphère accueillant pour les étudiants, pas seulement au cours de leurs premiers jours, mais tout au long de leur emploi.
  • Préparez leur espace de travail avant de commencer avec des fournitures, de l’équipement, un endroit pour ranger leurs effets personnels et des copies des manuels ou des manuels dont ils auront besoin.
  • Présentez-les à d’autres membres du personnel, en particulier à d’autres étudiants.
  • Familiarisez-les avec le lieu de travail physique.
  • Donnez un aperçu de la mission de votre unité et de sa position.
  • Traitez-les comme un membre du personnel régulier et incluez-les, dans la mesure du possible, dans les discussions, les réunions et la prise de décision du personnel.
  • Informer les élèves des normes de votre bureau en matière de productivité, de code vestimentaire, d’utilisation personnelle de l’équipement de bureau, de présence et d’appels téléphoniques ou SMS du personnel pendant le travail. Faites-leur savoir que, contrairement à leur travail au collège, ils feront partie d’une équipe, devront répondre à la supervision et obtiendront peut-être moins de commentaires qu’auparavant. Demandez à votre personnel habituel de vous assurer que l’élève se sent inclus dans l’équipe du bureau.
  • Comment les formez ?
  • Utilisez vos meilleurs employés parce que l’objectif est de former de nouveaux employés, qui sont des étudiants.
  • Élaborez une liste de contrôle et un calendrier de formation pour vous assurer qu’ils ont les connaissances et les compétences nécessaires pour faire le travail.
  • Dites aux élèves qu’ils sont censés poser beaucoup de questions, surtout concernant les informations qui ne sont pas claires.
  • Utilisez l’approche pour les procédures ou tâches de formation:
  • Dites-leur ce qu’ils feront et pourquoi.
  • Montrez-leur comment procéder.
  • Demandez-leur de faire le travail sous supervision.
  • Demandez-leur de revoir la tâche avec leur superviseur pour montrer qu’ils peuvent le faire.
  • Vérifiez et surveillez fréquemment les progrès de la formation et donnez votre avis.

14 – Quel résultat attendre de l’embauche d’un étudiant?

  • Résultats de développement de l’étudiant  car l’emploi étudiant est un moyen pour eux d’acquérir des expériences d’apprentissage structurées. L’emploi des étudiants contribue à la croissance personnelle, développe de nouvelles compétences tout au long de leur vie et offre une expérience de travail précieuse sur le curriculum vitae d’un étudiant.
  • Résultat sur le sens de la responsabilité et imputabilité
  • Résultat sur l’indépendance et l’interdépendance
  • Résultat sur l’orientation vers l’objectif
  • La connaissance de soi de l’étudiant
  • La résistance
  • L’appréciation des différences
  • La tolérance de l’ambiguïté et la pression
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Tu pourrais aussi aimer

Leave A Comment